15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 06:30

non, vous n'êtes pas spéciaux, vous n'êtes ni pires ni meilleurs que ceux que vous jugez différents de vous. vous n'êtes pas différents d'eux non plus.

vous pensez que personne ne vous comprends mais pourquoi les autres devraient-ils vous comprendre, vous cajoler, faire à votre place? tout le monde n'a pas la même vision des choses et non ce n'est pas pour vous faire du mal spécialement à vous que certaines personnes ne sont pas d'accord avec vous.

l'enfer c'est les autres, ça c'est bien vrai mais bon l'enfer est peuplé de gens sympas aussi, choisissez vos amis, désintéressez-vous des autres si vous voulez mais prenez vos responsabilités.

à un moment il faut arrêter de péter plus haut que son cul et se croire le nombril du monde.

le monde ne tourne pas autour de vous, les autres aussi ont des soucis, des sentiments, les autres aussi font des concessions, des efforts, des sacrifices.

l'égoïsme a du bon mais a ses limites aussi.

je vous suggère de vous retirer dans une grotte et d'arrêter de vous plaindre à longueur de journée que la société n'est pas faites pour vous, que vous n'êtes pas faites pour elle.

hier, un jeune homme plus qu'éméché m'a proposé de laisser tomber ma vie de merde pour partir en vacances avec lui.

je n'ai pas une vie de merde, déjà. tant pis pour lui, tant pis pour moi.

le monde n'est pas parfait, il faut se faire une raison et en tirer le meilleur. parce que le meilleur existe.

tout le monde a des emmerdes, certains plus que d'autres, certains s'en sortent mieux même avec des emmerdes pires que les autres (pour autant qu'on puisse inventer une échelle de graduation des emmerdes).

quand on ne veut pas s'en sortir, on ne s'en sort pas. quand on ne veut pas d'efforts, pourquoi les autres en feraient-ils?

c'est donnant-donnant mais pas forcément à 50-50. tu peux donner parfois 10% et l'autre donnera les 90% ou le contraire. et si l'autre ne veut rien donner, hé bien ne lui donnez rien en retour ou donnez-lui tout sans demander de compte. tout simplement.

non, je ne suis pas un bisounours sinon je ne pousserais pas ce petit coup de gueule.

rares sont les personnes exceptionnelles et celles qui se proclament différentes, exceptionnelles, spéciales sont en général celles qui le sont le moins.

Partager cet article

14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 06:35

oui, je vais encore vous parler de sport. qui l'eût cru?

car oui, je cours toujours, même si je n'ai pas couru la semaine dernière, mon w-e de festival ayant anéanti tous mes muscles. et les effets continuent de se faire sentir.

l'exemple le plus flagrant c'est quand même la perte de 5cm au niveau de la mensuration à hauteur du nombril et de 3cm de tour de taille. tout ça grâce à 2 séances de running par semaine et 5 fois 1min/1min30 de planche le matin.

et quelques centaines de grammes en moins.

mais il y a aussi un effet bénéfique que j'avais moins remarqué jusqu'à cette semaine: le retour d'une certaine souplesse.

après avoir couru, je m'étire les muscles pour éviter les courbatures. l'un des étirements consiste à écarter les jambes et se pencher en avant jusqu'à mettre les mains à terre. et puis ensuite je fais pareil avec les jambes l'une contre l'autre.

au début, mes mains ne touchaient pas le sol et puis elles ont touché le sol en position jambe écartée.

et maintenant, en position jambes écartées j'ai les paumes bien à plat par terre, je peux même commencer à plier les bras.

mais le plus impressionnant pour moi c'est ça:

de la souplesse retrouvée

photo réalisée sans trucage, les jambes bien tendues et je le fais avec les 2 mains quand je n'ai pas à prendre de photo.

encore une bonne raison pour continuer à courir. il ne me reste plus qu'à pouvoir poser les paumes à terre maintenant!

Partager cet article

Published by la chauve-souris - dans la chauve-souris fait du sport
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 11:05

je reviens d'un magasin Hema. Hema, pour moi, c'est comme ikéa, je repars toujours avec quelque chose en plus de ce que j'avais prévu d'acheter. en l'occurence, quand je vais dans un magasin Hema c'est d'abord pour acheter mon liquide nettoyant pour mes lentilles.

en vêtement, je trouve régulièrement de jolies choses. ou des choses plus pratiques telles que des chaussettes, des leggings ou des sous-vêtement. ma brassière pour courir vient de là d'ailleurs.

j'ai quelques robes de ce magasin, robes qui tombent très bien. mais pour l'instant il propose des imprimés un peu trop seventies pour moi.

aujourd'hui, j'étais tombée sur un pantacourt en jean noir. je me suis dit "tiens, mais je n'ai pas encore de pantacourt en jean noir". en plus il n'est pas cher du tout. mais quelle taille prendre étant donné que je n'ai encore jamais acheté de pantalon là.

je regarde les étiquettes et c'est la prise de tête. l'étiquette cousue au pantalon dit "40", l'étiquette en papier dit que "c'est du 40 belge mais en fait c'est du 42 français voire même du 44 allemand" (je me trompe peut-être dans l'histoire j'aurais du faire une photo).

je prends donc un 38 (soyons fous) et un 40. taille belge. donc un 40 ou un 42 taille française.

dans le 38 je ne rentre que jusqu'au mollet (je m'y attendais un peu, c'était juste pour le fun) et dans le 40 je rentre mais c'est tout juste au niveau de la taille (enfin, c'est un taille basse donc c'est juste au niveau des hanches et j'ai des hanches).

je n'ai pas poussé le vice jusqu'à essayer le 42 (psychologiquement c'est juste pas possible, d'autant qu'en legging Hema je dois prendre du S), j'ai laisser tomber l'affaire.

ne pourrait-il pas y avoir qu'une seule et même taille indiquée sur l'étiquette? ne pourrait-on pas faire une taille universelle, commune à tous? limite, juste commune à l'europe?

du coup, j'ai acheté des boucles d'oreille pour me consoler.

A quand les tailles universelles?

Partager cet article

Published by la chauve-souris - dans la chauve-souris s'habille
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 06:30

dimanche, il y a eu 2 alertes météo.

lors de la première, on a du sécuriser le site: enlever les drapeaux, dégonfler l'arche gonflable, etc...

la pluie nous pendait au nez donc.

avec R, on se dit que ce serait bien de demander au sponsor principal de nous filer des ponchos en plastique pour les distribuer aux bénévoles des entrées qui risquaient de se faire sérieusement douchés.

je m'adresse donc à des bénévoles du stand, je lui explique la situation, il me dit que ce n'est pas possible, que les ponchos sont réservés aux personnes qui participent à un jeu ou un truc du style. j'insiste en disant que les bénévoles risquaient d'être bien mouillés, il me répond un très élégant "je n'en ai rien à foutre".

ça m'a soufflé et je suis partie sans ajouter un mot. je m'en veux d'ailleurs, j'aurais du dès ce moment-là demander à m'adresser au responsable du stand. mais bon, couillonne un jour, couillonne toujours. un jour j'aurai des couilles, un jour....

la première alerte n'a rien donné de bien méchant à part du grand vent, on a vu l'orage nous contourner (les parkings plus éloignés, eux, ont bien pris l'eau).

lors de la deuxième alerte, je vois des bénévoles arriver avec des ponchos sur le dos.

je leur dit "ah ça y est ils vous en ont quand même donnés". le responsable des entrées (monsieur F pour ne pas le citer), entend la conversation, je lui explique donc ma mésaventure.

il ne fait ni une ni deux et me demande de venir avec lui pour lui indiquer le gars en question.

je n'aime pas les conflits mais j'ai été emportée par le mouvement.

et donc j'ai assisté à une démonstration de mauvaise foi exceptionnelle.

le gars a pris un air hautain "je n'ai jamais dit ça!", "je ne vous permets pas de me tutoyer on ne se connait pas" (certes, mais je pourrais être ta mère gamin), "avec un t-shirt comme le mien (il montre le logo du sponsor) je me serais pas permis de dire une chose pareille".

monsieur F a donc été droit vers le responsable pour lui en toucher un mot.

je n'en menais pas large, mon coeur battait à toute allure. mais bon, quand même, monsieur F a eu raison de faire quelque chose. chose que j'aurais du faire moi-même, même si au niveau du festival je suis moins "gradée" que monsieur F.

en résumé, je suis autant déçue moi-même que "choquée" par le comportement du bénévoles en question.

la prochaine fois, je sais ce que je ferai...

Partager cet article

7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 06:30

voilà, le ronquières festival a fermé ses portes, snif, tristesse, mélancolie, vivement 2015.

cette édition a tenu ses promesses, une affiche du tonnerre (objectivement parlant parce que subjectivement ça ne m'a pas fait mal de ne pas voir les concerts), un site agrandi, une ambiance familiale et conviviale.

il n'en fallait pas plus pour que dès le samedi fin de journée, le festival soit sold out.

30 000 festivaliers ont foulé l'herbe (et la boue) du site. cela a d'ailleurs créé de fameuses files le samedi, on ne s'attendait pas à ce que tout le monde arrive en même temps!

et moi dans tout ça? hé bien je me suis encore une fois éclatée!

du montage au rangement tout s'est super bien passé, pas de problème majeur à signaler, mes bénévoles ont fait un travail impeccable, ils ont préparé en tout 1325 sandwiches et je n'ai pas du mettre la main à la pâte tellement ils géraient bien ça. j'avais beau leur dire "si vous voulez être remplacés, aller voir un concert, vous dites" ils me répondaient invariablement "non, non, ça va, on est bien".

on s'est bien marré en tout cas et ils rempilent pour l'année prochaine sans hésitations et moi je dis "OUI!" à leur réinscription.

nous avions du beau matériel pour travailler:

Ronquières festival 2014: une super 3ème édition!
Ronquières festival 2014: une super 3ème édition!Ronquières festival 2014: une super 3ème édition!

joli camion n'est-ce pas? et maintenant je vais vous mettre une chanson en tête: tapas truck!

une belle amélioration par rapport à l'année dernière était que nous avions une chambre froide pour y stocker la nourriture. quand il fait 26 degrés dehors, ça fait fraiiiiiiiis!

Ronquières festival 2014: une super 3ème édition!

j'ai laissé le meilleur pour la fin, vous allez voir quelque chose que vous ne verrez pas souvent:

unicks en bleu! BLEU! et des écritures en rose! ROSE!unicks en bleu! BLEU! et des écritures en rose! ROSE!

unicks en bleu! BLEU! et des écritures en rose! ROSE!

le bleu n'est vraiment pas ma tasse de thé mais je l'ai beaucoup mieux vécu à partir du moment où j'ai réalisé que le bleu était la couleur de l'uniforme de monsieur spock. si c'est pas la classe ça!

d'ailleurs le dimanche j'avais nommé mon verre "madame spock" (dans un soucis d'écologie nous gardions le même verre pour toute la journée).

Ronquières festival 2014: une super 3ème édition!

encore une fois, ce fut une expérience particulière, ça n'est décidément pas comme dans la vraie vie, même s'il y a des chieurs partout (je vous en parlerai demain).

il y a une vraie reconnaissance du travail effectué, de vrais mercis, de vrais échanges.

c'est un autre monde et si ce n'était pas si crevant je ferais bien ça plus souvent!

je terminerai par mon talisman, le symbole de ce qui est possible: le bracelet. fini le bracelet blanc qui a grisé, bienvenue au bracelet bleu-vert qui devrait mieux vieillir.

Ronquières festival 2014: une super 3ème édition!

Partager cet article

Published by la chauve-souris - dans la chauve-souris en vacances
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 06:30

il parait que le sport peut devenir une drogue, qu'on ne peut plus s'en passer et qu'une fois une séance finie on pense direct à la suivante. une histoire d'endorphine.

je n'ai jamais été fan de l'extrémisme et de la dépendance et visiblement la dépendance ne veut pas de moi. en tout cas, pas la dépendance au sport.

le sport a des effets non négligeables sur mon corps, ça c'est certain et c'est bien pour ça que je m'y tiens. mais si je rate une séance, si je n'en fais qu'une par semaine, je n'en fais pas une maladie, je n'éprouve pas de manque.

chaque séance de faite est une victoire, je suis contente d'avoir été courir, je suis contente d'avoir marché, je suis contente d'avoir fait quelques abdos. mais je n'en éprouve pas le besoin. le sport est pour moi une nécessité pour le moment, au même titre que me laver (je déteste me laver mais je ne vais pas laisser la crasse s'installer et puis j'aime bien sentir bon quand même) ou faire le ménage. c'est pas super plaisant quand on le fait mais qu'est-ce que c'est bon et beau quand c'est fini!

alors je cours, oui, deux fois par semaine en moyenne (une seule fois la semaine dernière et cette semaine mais je vais passer le w-e debout ça devrait aider à compenser) et je suis super contente d'arriver à me tenir à se rythme sans me dire "pas ce soir j'ai pas envie".

mais j'ai toujours besoin de vos encouragements sur facebook parce que je ne suis pas droguée du sport!

Partager cet article

Published by la chauve-souris - dans la chauve-souris fait du sport
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 06:30

oui, je sais, le festival en lui-même ne commence que samedi matin. mais quand on est responsable, on commence plus tôt. le montage du site est déjà en cours aujourd'hui.

pour moi c'est demain que le travail commence et que le stress monte. certes, mon rôle dans l'organisation du festival est minime mais je me mets autant de pression à bien servir les bénévoles qu'à recevoir mes amis chez moi. je veux que tout se passe pour le mieux.

Ronquières festival 2014: J-1!

ma tête est pleine de questions:

-est-ce qu'on sera installé de la même façon que l'année dernière? j'ai ouï dire qu'il y avait quelques changements mais je ne sais pas lesquels et moi le changement ça me stresse.

-est-ce que tout sera fonctionnel dès demain? les frigos, l'électricité, le gaz (l'année dernière ils n'avaient pas prévu les bonbonnes de gaz croyant que les taques de cuisson fonctionnaient à l'électricité).

-ne vais-je rien oublier? parce qu'en dehors de la nourriture et des boissons rien n'est vraiment prévu. donc, comme on n'est jamais si bien servi que par soi-même, j'apporte de la maison des couverts, des essuies, de quoi nettoyer, des tabliers (parce que l'huile de cuisson ça spitte), des "menus" à accrocher à portée d'yeux (et donc du papier collant pour les accrocher), une trousse de pharmacie basique (on se rappelle que l'année dernière je me suis coupée dès le début du festival, j'en ai encore la cicatrice d'ailleurs) et d'autres brols divers et variés.

-est-ce que tout se passera bien dans mes équipes? l'année dernière c'était franchement super, j'ai une totale confiance dans mes 2 couples d'habitués mais comme il y a des nouvelles bénévoles je ne sais pas à quoi m'attendre avec elles.

-est-ce que tout se passera bien tout court? gestion des stocks, gestion des grosses commandes, gestion des gens qui râlent, gestion du bar pirate (mais ça c'est plutôt le boulot du géant).

vous l'aurez compris c'est un w-e que j'attends avec impatience parce que l'année dernière j'y avais passé un excellent moment, de ces moments qui vous ouvrent les yeux sur vous-même.

j'en étais revenue changée et ce changement je le ressens tous les jours ou presque. c'est difficile à expliquer.

mon sourire de l'année dernière, je tiens à garder le même!

mon sourire de l'année dernière, je tiens à garder le même!

et puis il est grand temps de me débarrasser du bracelet de l'année dernière que je gardais comme un talisman.

là il est blanc, c'était l'année dernière

là il est blanc, c'était l'année dernière

le blanc c'est salissant...

le blanc c'est salissant...

Partager cet article

Published by la chauve-souris - dans la chauve-souris en vacances
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 06:42

Partager cet article

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 11:02

dans 10 jours, le Ronquières festival va ouvrir ses portes pour une 3ème édition, qui je l'espère confirmera sa réussite. après une superbe 2ème édition qui a fini soldout, tous les espoirs sont permis, surtout si la météo est avec nous.

travailler dans les coulisses du festival permet de découvrir un peu l'envers du décor. je dis bien un peu parce que je suis à l'avant-dernier cran de l'organisation (le premier étant les "grands organisateurs du festival" et le dernier étant "le bénévole en t-shirt orange").

j'ai pour titre "responsable du catering bénévole". la première année, je n'avais aucune idée de la signification du terme "catering". je suis en fait responsable de la nourriture offerte aux bénévoles pendant leur journée de travail.

le géant, lui, est chef d'équipe. en vrai il est responsable de l'installation de notre coin et de la gestion des boissons. mais comme il ne peut y avoir qu'un seul responsable par poste de travail, c'est moi qui porte le titre (mouhaha je me la pète).

gérer la nourriture offerte aux bénévoles n'est pas un boulot si évident que ça. déjà, ce matin, j'ai du dire aux responsables des achats la proportion qu'il devait prévoir entre nourriture chaude (hamburger) et nourriture froide (jambon/fromage, salade de thon, etc...).

pas facile de prévoir ce que vont préférer les bénévoles cette année. on est parti sur du 60/40, ça devrait le faire.

ensuite, il faut gérer l'équipe, 5 bénévoles par équipe, une équipe le midi, une autre le soir. j'ai la chance d'avoir dans les 2 équipes un couple de bénévole motivé (l'un est là depuis la première édition, le deuxième revient pour la 2ème fois). j'ai confiance en eux, ils connaissent le boulot (cela dit, il n'y a rien de bien compliqué à faire des sandwiches mais il faut quand même gérer la cuisson, organiser le "qui fait quoi" etc...).

pas toujours évident de bien s'entendre tout de suite et d'être efficace, gérer les grosses commandes (pour les équipes qui ne peuvent pas se déplacer jusqu'à nous ou celles qui travaillent la nuit).

chaque année, nous essayons d'améliorer nos conditions de travail et de service. notre but cette année est d'éviter le gaspillage. l'année passée nous avons du jeter beaucoup trop de nourriture qui ne pouvait pas être restockée en frigo (les frigos que nous avions tenaient la nourriture au frais mais ne permettaient pas de conserver réellement la nourriture, ça m'a fait mal au ventre de remplir les sacs poubelles avec la bouffe restante).

mais à part ça, ce boulot est vraiment très chouette, nous avons accès au backstage, l'ambiance est très chouette. c'est une toute autre unicks qui se présente durant ces 4 jours (1 jour de mise en place, 2 jour de boulot, 1 jour de rangement).

j'ai vraiment hâte de voir arriver le jour J!

et puis bien sûr, je rappelle aux belges et français du nord que le festival se déroule le w-e des 2 et 3 août, sous le plan incliné de Ronquières et que l'affiche est franchement bien.

Partager cet article

22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 11:00

j'entendais souvent parler de "Papou", collègue du géant, qui a acheté une maison en Gaumes, tout près de l'abbaye d'Orval. depuis 2 ans, Papou est pensionné et habite sa maison à plein temps.

il y a quelques semaines, le géant me demande si ça me dirait d'aller passer le w-e chez Papou et sa femme. heu oui, pourquoi pas, mais je ne les connais pas moi, comment savoir si ça va bien se passer?

à priori il n'y a pas de raisons que ça se passe mal, le géant appréciant beaucoup Papou et ayant rencontré quelque fois sa femme.

samedi matin, nous voilà donc en route vers Orval pour un beau w-e de détente et de découverte.

nous arrivons peu avant midi, Papou nous fait visiter la maison et nous sert une "Gengoulf", bière artisanale brassée dans le village. certes, nous aurions pu boire un Orval mais nous aimons découvrir de nouvelles bières.

nos verres finis, nous prenons la route vers un restaurant perdu au milieu de la forêt, dans une cuvette où les réseaux GSM ne passent pas du tout. calme assuré!

leur spécialité: la truite meunière. la carte est toute petite, pas question d'aller là si vous cherchez du gastronomique et de la variété.

nous prenons tous une truite. elle nous est servie avec un plat de pommes de terre au lard et un saladier de laitue. ambiance familiale.

et quel goût! la truite est absolument fabuleuse! et le petit vin blanc qui l'accompagne passe très bien aussi.

après le repas, retour à la maison où nous attendons un autre collègue du géant et sa femme. eux, je les connais déjà un peu mieux. nous partons alors pour une promenade dans la forêt (j'ai pu étrenner mes nouvelles baskets de marche) qui nous mène à l'hostellerie d'Orval où nous prenons un verre avant de remonter vers le village.

là, nous préparons ensemble l'apéro et passons une agréable soirée sur la terrasse, profitant de la fraicheur qui revient une fois le soleil couché. nous échappons aux pluies et aux orages, nous avons bien de la chance apparemment.

dimanche matin, le petit-déjeuner nous attend sur la terrasse également, nous sommes vraiment accueillis comme des rois chez Papou et sa femme, on se croirait en chambre d'hôtes!

après le petit-déjeuner, nous prenons notre douche et partons à deux visiter l'abbaye d'Orval.

une très beau site que nous voulions visiter depuis bien longtemps et nous n'avons pas été déçus. un peu dommage que la brasserie et la fromagerie ne se visitent pas.

de retour chez nos hôtes, l'apéro nous attend déjà! suivi d'une tourte à la viande et à l'orval, tout simplement délicieuse!

l'après-midi, nous optons pour une brocante et pour une fois nous ne rentrons pas les mains vides, le géant ayant trouvé une boite pour y ranger ses pipes et son tabac et moi 2 chandeliers qui iront très bien sur notre table durant les barbecues.

après la brocante, Papou nous emmène de l'autre côté de la frontière (nous étions vraiment tout au bout de la Belgique, la France y est souvent juste de l'autre côté du cours d'eau) pour visiter la basilique d'Avioth et la citadelle de Montmédy.

il est alors plus que l'heure de rentrer pour déguster un bon plat de pâtes. encore une fois la météo est avec nous, il fait un temps idéal pour prolonger la soirée sur la terrasse.

lundi matin, un dernier petit-déjeuner avant de quitter nos hôtes. très heureux de ce w-e, avec promesse de revenir.

Partager cet article

Published by la chauve-souris - dans la chauve-souris en vacances
commenter cet article

Mais Qui Est La Chauve-Souris?

  • la chauve-souris
  • trentenaire et fière de l'être entre ombre et lumière, de contraste en unité, de gothique à rocknroll, de chieuse à femme idéale, unicks est là et vous raconte sa vie et ses futilités...
  • trentenaire et fière de l'être entre ombre et lumière, de contraste en unité, de gothique à rocknroll, de chieuse à femme idéale, unicks est là et vous raconte sa vie et ses futilités...

Recherche

Unicks et ses copines

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez unicks sur Hellocoton

morue.gif

Texte Libre

stats for wordpress

Texte Libre

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog